Anhée et la vallée de la Molignée

 

 

 

Entités de la commune d’ Anhée.

 

 

Anhée est un gros village paisible qui s’étire sur la rive gauche de la Meuse, face aux rochers classés de Champalle, le long de la route Namur–Dinant tracée dans les années 1770. Succédant à l’ancienne église située à Senenne ( village aujourd’hui disparu), l’église Saint-Maurice, édifice néogothique construit entre 1845 et 1847, conserve du mobilier de l’ancienne église de Senenne tel que la chaire de vérité, un confessionnal et des bas reliefs datant du 18e siècle.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Face à l’église, le long de la chaussée, dominant la grand place, le monument aux morts et aux martyrs de la Grande guerre.

Le 4 septembre 1944, en pleine retraite, des unités SS pillent et incendient 71 maisons et massacrent 22 civils.

Sur le mur entourant l’église, à environ deux mètres de hauteur…

 

« Le jour de la St

Sylvestre la Meuse

est venue jusqu’ici »

ANHEE en remontant la Molignée

C’est sur le territoire d’ Anhée que deux affluents viennent grossir la Meuse : la Molignée et le Burnot.

 La Molignée est une charmante petite rivière qui s’insinue à travers des paysages constitués d'une succession de crêtes et de vallons où se mêlent de manière harmonieuse les domaines boisés, cultivés et pâturés. La vue tantôt ouverte, tantôt fermée donne toujours l'envie d'aller voir plus loin.

  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

A un kilomètre de son confluent avec la Meuse, la Molignée a élargi sa vallée. Dès le 13e siècle, grâce aux libéralités du comte de Namur, une communauté cistercienne s’y installe. En 1785, les bâtiments sont nationalisés par décret impérial de Joseph II. Deux ans plus tard, les religieux sont expulsés. En 1797, sous le régime français, l’essentiel des biens monastiques est vendu.

 

 

 

 

En 1826, le baron Alphonse du Jacquier de Rosée réaménage les bâtiments en château de plaisance. Il leur adjoindra 4 ans plus tard, une usine à cuivre destinée à alimenter les dinandiers. Cette usine fonctionnera jusqu’en 1988.

 

 

 

 

 

   porche et cour intérieure de la ferme de l’abbaye de Moulins et son château

 

 

 

« St Roch / priez pour nous »

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Poursuivant notre route vers l’abbaye de Maredsous, nous rencontrons la « villa des lapins ». C’est une curieuse maison, datée de 1890. Sa façade est couverte de scènes décoratives. C’est en face de celle-ci que se trouve le départ des « draisines » de la Molignée.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Quelques méandres plus loin, la Molignée glisse aux pieds des ruines de la forteresse de Montaigle. Construite au 13e siècle par les comtes de Namur, elle fut, comme sa consœur de Bouvignes , incendiée en 1554 par les troupes françaises. C’est un des sites remarquables de Wallonie classé patrimoine exceptionnel en 1992.


Ruines du château de Montaigle.


L' ABBAYE DE MAREDSOUS

Quelques km plus loin, dans un environnement boisé et vallonné que traverse la Molignée, nous rencontrons l'abbaye de Maredsous qui tient son nom d'une seigneurie médiévale.

le monastère construit au sommet d'une colline est un prestigieux ensemble néo-gothique en bel appareil de calcaire.


Plan du monastère 


Porte d'entrée principale


qui donne sur une gallerie qui fait front au monastère.

Maredsous suit la règle de Saint-Benoit. Une statue du XVII°s du  saint patron des Bénédictins acceuille les fidèles.


Les activités du monastère.

Ne pas oublier qu'une des meileures traductions de la bible a été réalisée à Maredsous : "La Bible de Maredsous" est une référence chez les Chrétiens.


Façade principale de l'église.


débarassée de ses chaises, on y prépare un spectacle audio-visuel.


Dans l'austérité monacale, quelques éléments de décor : un autel dédié à Saint-Hubert,


et quelques vitraux du XX°siècle.


Partie extérieure des bâtiments conventuels.

Columba Marmion, troisième Abbé de Maredsous fut proclamé "Bienheureux" le  3 septembre  2000 par le Pape Jean-Paul II.

Pour en savoir plus sur Maredsous :http://www.maredsous.be/index.php?id=1428&L=0


 

 MAREDRET ET SON ABBAYE

 Situé à deux pas de Maredsous, Maredret est un charmant petit village qui s'est développé ensentiellement au 19°s dans une étroite plaine de la Molignée.

Non loin de ses berges, l'église paroissiale St-Jean-Baptiste, datée de 1849, accroche ses moellons  de calcaire à une grosse tour dans l'oeuvre.

Le village est homogène. les maisons souvent mitoyennes sont bâties en pierre (le calcaire ne manque pas dans la région)

elles sont parfois chaulées.

Maredret est un village d'artisants qui travaillent le bois, la poterie... Une "rue des Artisans" possède sa maison de l'artisanat.

ce qui ajoute du charme à ce jolie village,

C'est qu'il est surveillé par la tour du monastère qui le domine.

L’Abbaye des bénédictines des SS-Jean-et-Scholastique fut fondée en 1893 par Cécile de Hemptinne et six moniales belges. De style néo-gothique,en moellons calcaire, sa construction s'acheva en 1936. Comme pour Maredsous, c'est la famille d'éditeurs Desclée qui fournit les terrains et finança la constructon.

 L'abbaye est un lieu de prière et un havre de silence et de receuillement.

Dans l'église, le choeur des moniales

dominé par d'importantes arcatures gothiques.

Les soeurs vivent pricipalement d' artisanat : imagerie religieuse, enluminures, miniatures ; vaste choix de cadeaux : cartes, photos, broderies, confitures, biscuits, pâtes de pomme, jus de fruits de l’abbaye, etc. Expositions permanentes enluminures gothiques et historiques de l’Abbaye.

L'enclos monastique d'une quinzaine d'hectares est ceint d'un mur de moellons ponctué de tours d'inspiration médiévale.

Pour en savoir plus sur Maredret : http://www.maredret.be/archives/jourapresjour_2010/jourapresjour_2010.htm

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site