Charlemont et les 2 Givet sous Louis XV

 

"CHARLEMONT (Givet-Saint-Hilaire & Givet Notre-Dame), Carolomontium, jolie ville & place très-forte, chef-lieu du Namur-François & du gouvernement de son nom, dans le Haynault ou plutôt au gouvernement général de Flandres & Haynault, diocèse de Liège, parlement de Douay, intendance de Haynault & Maubeuge. On y compte 880 feux, y compris les feux de Givet-Saint-Hilaire, aussi-bien que ceux de Givet-Notre-Dame. Cette ville est située sur une montagne, au pied de laquelle coule la Meuse, à 11.l. & tiers E. S. E. de Maubeuge, 14. & demie S. O. de Liège, & 21. E. S. E. de Douay. Long. 22. 22. 15. lat. 5o. 4. 5o.

La ville dont il s'agit, a pris son nom de Charles-Quint son fondateur & de sa situation sur une montagne. Le terrein qu'elle occupe, faisoit autrefois partie du pays de Liège mais l’Evêque l'accorda à l’Empereur Charles-Quint, qui y fit bâtir un château, & bientôt après une petite ville qu'il unit au Namurrois l'an 1555. Cette place fut cédée à la France par le traité de Nimegue en 1678. Mais le Roi ayant reconnu qu'elle étoit fort petite, & qu'à peine on y pouvoit loger deux bataillons, Sa Majesté ordonna qu'on fortifiât le bourg de Givet, qui est au pied de Charlemont. De sorte qu'on peut aujourd'hui regarder Charlemont comme une place composée de trois différentes villes , sçavoir , Charlemont, Givet-Saint-Hilaire & Givet Notre-Dame. II n'y a pour ces trois villes qu'un, seul & même Gouverneur, aux appointements de onze mille 250.livres, & qui a outre cela 600. liv. d'émoluments. II n'y a aussi qu'un seul & même Lieutenant-de-Roi, aux appointements de 2700. liv. Pour Charlemont, il y a un Major particulier, un Aide-Major & un Capitaine des portes. Pour Givet-Saint-Hilaire, un Commandant aux appointements de 3600. liv., & qui a outre cela 572. liv. d'émoluments : il y a aussi un Major, & un Aide-Major qui est en même temps Capitaine des portes. Pour Givet-Notre-Dame, un Major aux appointement de 1750. liv., un Aide-Major, & un Capitaine des portes qui jouit ordinairement du titre d'Aide-Major.

Nous venons de dire que Charlemont est une petite place située sur une montagne ; mais ajoutons que cette montagne est plutôt un rocher des plus escarpés & des plus inaccessibles. La plûpart des fortifications de cette place sont du temps de Charles-Quint. Celles que le Roi y a fait ajouter, sont la plûpart du Maréchal de Vauban, qui non-seulement en donna le projet , mais qui outre cela conduisit lui-même les travaux. La forme de cette ville représente un triangle isoscele. C'est une place irréguliere, & elle ne pouvoit être d'une autre espèce, à cause qu'on a été obligé de s'assujettir à la disposition du terrein, qui y forme des angles rentrans & saillans. L'enceinte consiste en six bastions, mais à proprement parler il n'y en a que quatre qui méritent ce nom. Deux de ces bastions font placés sur un des côtés qui font face à la campagne. Ils font construits sur une même & grande ligne, & c'est à cause de cela qu'on les appelle bastions plats. Ils sont de la façon du Chevalier de Ville, mais bien réparés par le Maréchal de Vauban. Les deux autres bastions, qui sont les plus grands, occupent les deux angles de la base du triangle. L'extrêmité du triangle est terminée par un très petit front de fortifications , composé de deux demi-bastions des plus petits qu'on puisse voir, & qui forment la pointe du triangle. Cette pointe va en pente assez douce : on y a pratiqué le long des murailles un chemin taillé dans le roc, & qui néanmoins peut servir aux carrosses & aux chariots. Elle est coupée dans cet espace en deux parties, séparées l'une de l'autre par un fossé sec & taillé également dans le roc. Dans chacune de ces parties, il n'y a que quelques corps de casernes & quelques magasins".

 

L'intérieur de la ville de Charlemont est d'une petite étendue, & il est d'ailleurs d'une forme très-irréguliere. On entre dans cette ville par deux portes, dont l'une donne sur la montage , & l'autre est du côté de Givet. On y trouve une place assez belle, des rues assez bien percées & garnies de jolies maisons. 11 n'y a qu'une seule église & qu'un seul magasin remarquables. Quant aux autres édifices, il n'y a guere que la maison du Gouverneur qui soit digne de quelque attention. Cette petite place est environnée d'un petit fossé taillé dans le roc du coté de la terre, accompagné d'un chemin-couvert , d'un glacis & de places d'armes disposées d'espace en espace. Ce glacis est interrompu par deux ouvrages en forme de demi-lune revêtues , qui sont élevées sur les bastions plats , & servent à les couvrir. Le grand bastion de la base, du côté de la terre, est couvert lui-même par un grand ouvrage-à-corne de la construction du Maréchal de Vauban. Le front de cet ouvrage est couvert d'une demi-lune & d'une demi-contre-garde retranchée, qui couvre à son tour un des bastions. Le plus grand de ses côtés est couvert par un bastion irrégulier, & par un autre à l'extrêmité, qui sert à couvrir la porte ; & ce dernier bastion est couvert d'une petite contregarde. Enfin ce même côté est accompagné d'un grand retranchement. Un des fronts qui le partage, est couvert d'une demi-lune revêtue & taillée dans le roc. Tous ces ouvrages sont enveloppés d'un fossé & d'un grand retranchement en manière de chemin-couvert. L'autre bastion, situé du côté de la Meuse, est couvert d'une petite demi-lune quarrée. Cette demi-lune est sur le bord de l'ancien fossé, à l'angle flanqué d'un bastion, & elle est enfermée d'un très-large fossé, qui communique avec celui de l'ouvrage-à-corne, mais qui est moins profond que l'ancien fossé. Le tout est accompagné d'un chemin-couvert avec ses places d'armes, & d'un glacis à l'ordinaire, qui régne jusqu'au retranchement.

Pour la défense des hauteurs qui commandent la place, ou qui peuvent en favoriser les approches, on a fait de grands retranchements , qui occupent un grand espace de terrein , & s'étendent jusqu'à la riviere. Ces retranchements sont formés de plusieurs bastions. Outre cela, il y a une autre partie de retranchement qui avance encore plus dans la campagne, & qui couvre une partie des premiers. Cette partie est un ouvrage d'une forme très-irréguliere. Ses deux fronts, qui se trouvent les plus proches de la rivière, sont couverts chacun d'une demi-lune, dans un petit fossé, lequel est couvert de nouveau d'une espece d'avant-fossé. Tous ces fossés sont à sec, & la plupart taillés dans le roc. Dans ce grand retranchement on a construit une espece de grand ouvrage-à-corne ou retranchement, qui n'a qu'un front, composé de deux faces, de deux flancs & d'une courtine dans laquelle est une porte. Ce front est enveloppé d'un fossé dans lequel est une grande demi-lune à flanc. Au centre de cette demi-lune est une autre demi-lune. (Tous ces ouvrages servent à couvrir la porte). Cette demi-lune est entourée d'un fossé, d'un chemin-couvert avec ses places d'armes & traverses, & d'un grand glacis.

http://archives.cg08.fr/arkotheque/cadastre/fond_visu_img.php?ref_id=1848

Nous parlerons ici de Givet, parce que cette place paroît n'en former qu'une feule avec celle de Charlemont à laquelle elle est presque contigue. Givet est une jolie petite ville, divisée en deux par la Meuse, dont l'une s'appelle Givet-Saint-Hilaire, & l'autre Givet-Notre-Dame. La première est située à la gauche, & l'autre à la droite de la Meuse. II n'y a que soixante ans ou environ que Givet n'étoit qu'une bicoque, mais on en a fait une place d'importance. On y a construit grand nombre de beaux bâtiments ; on y a percé des rues droites & larges, & en un mot on n'a rien négligé de ce qui peut contribuer à l'embellissement d'une ville à laquelle le Souverain donne son attention. Tout cela est l'ouvrage du Maréchal de Vauban.

La partie qui est connue sous le nom de Givet-St.Hilaire , consiste en un certain nombre de maisons mal-bâties , qui ont tout l'air d'un ancien village, & en plusieurs rues neuves qui occupent un terrein cinq ou six fois plus grand que ce village. On y remarque, entr'autres choses, la place qui est des plus grandes & des plus régulières. Elle a été taillée en plein drap, s'il est permis de parler ainsi ; & en effet, on s'étoit proposé d'employer le terrein vague qui étoit entre Givet & Charlemont. L'ancienne place publique est aussi assez belle & assez régulière. Ce qu'il () de plus remarquable dans Givet-Saint-Hilaire, ce font les casernes & plusieurs autres grands corps de bâtiments : tout cela forme de très-beaux édifices, dignes de l'attention des connoisseurs & des personnes de goût. On entre dans cette partie de Givet par deux portes, dont l'une vient de Bouvines, & l'autre répond au pont de bois par lequel on communique avec Givet-Notre-Dame. L'enceinte de cette place consiste en cinq grands bastions, dont trois sont chargés de cavaliers. Trois des courtines de la place sont couvertes par des tenaillons. Dans le fossé, qui est à sec & taillé dans le roc, sont six grandes demi-lunes à flancs. Celle qui couvre la porte, est retranchée d'un réduit ou petite demi-lune, environnée d'un petit fossé. La demi-lune qui suit, est couverte d'un grand ouvrage-à-corne , dont le front est couvert lui-même d'une demi-lune. Tous ces ouvrages sont entourés à l'ordinaire d'un fossé, d'un chemin-couvert avec ses traverses, & d'un glacis. L'enceinte, qui se trouve du côté de la rivière, ne consiste qu'en une simple muraille, mais bonne & solide, dont le pied est dans l'eau, & qui est accompagnée de quelques petits bastions dont les flancs sont très-petits, des plus camus, en un mot de ceux que les Ingénieurs appellent des moineaux. Le long de la muraille en dedans, au pied du rocher sur lequel se trouve bâti Charlemont, est un grand, beau & magnifique corps de casernes, qui consiste en trois gros pavillons. De ce même côté de la Meuse, est une redoute bien remarquable : c'est un ouvrage de la plus grande importance, bâti sur une hauteur, & qui pourroit en certains cas commander la ville. Sa figure est octogone, & elle est percée de deux ou trois étages d'embrasures. Cet ouvrage, au reste, est entouré d'un petit fossé à sec.

II y a à Givet-Saint-Hilaire une prévôté Royale , composée d'un Prévôt, d'un Procureur du Roi, d'un Greffier, de quatre Procureurs, de trois Notaires Royaux,, & de quatre Huissiers ou Sergents. Cette prévôté a dans son ressort Charlemont, les deux Givets, & six hameaux ; sçavoir , Agimont, Her , Fromelenne , Foymont, Charnoy & Rencennes. On y suit la coutume de Luxembourg. ll y a outre cela une maîtrise des eaux & forêts, composée d'un Maître particulier, d'un Lieutenant, d'un Garde-Marteau, d'un Procureur du Roi & d'un Greffier. Pour le spirituel, cette ville est dirigée par un Curé qui est nommé par les Moines de Saint-Hubert. II y a aussi un couvent de cinquante Religieux Récollets, & un autre couvent de quarante Religieuses Récollectines. Quant à la population, nous remarquons que cette ville est composée de 410. feux, c'est-à-dire, de 2000. habitants ou environ, qui sont la plûpart marchands de bois, marchands de vins ou cabaretiers, vivans avec les troupes.

http://archives.cg08.fr/arkotheque/cadastre/fond_visu_img.php?ref_id=1849

Quant à Givet-Notre-Dame, nous remarquons que cette partie a deux enceintes, qui forment deux espèces de ville, l'une haute & l'autre basse. La première n'est qu'un terrein vague, que l'on a enfermé seulement pour s'emparer des hauteurs du Mont-d'Or. L'enceinte, qui est d'une forme très irréguliere, consiste en quatre grands bastions qui font assujettis à l’irrégularité du terrein. L'espace qui se trouve entre chacun de ces bastions, est formé & fermé par quelques angles rentrans & saillans. L'enceinte qui sépare la haute ville d'avec la basse, est aussi composée de plusieurs angles rentrans & saillans, & flanqués de quelques tours. Le coté qui est du côté de la rivière, n'a d'autre défense que le rocher, qui est fort escarpé & entièrement inaccessible. Sur le bord de la rivière, auprès du rocher, à l’endroit où tombe une ravine qui en descend, il y a aussi une redoute quarrée, qui est d'une bonne construction, & qui est revêtue en dedans & en dehors. A un des angles de cette redoute est une guérite quarrée, qui donne sur la rivière. La partie de l'enceinte où l'on a pu pratiquer un fossé, est couverte de deux demi-lunes, l'une desquelles est contregardée; & le tout est accompagné à l'ordinaire de son chemin-couvert, avec ses traverses, places d'armes & glacis. La partie qui s'étend depuis la rivière jusqu'à la ravine, a seulement un petit fossé taillé dans le roc. La ville basse est divisée en deux parties par la petite rivière de Houille, qui vient s'y perdre dans la Meuse. Ces deux parties sont l'ancienne & les accroissements. L'ancienne n'est proprement qu'une rue assez large. Les accroissements au-contraire sont considérables: on y voit plusieurs rues régulières; celle qui vient du pont, est des plus droites, des plus larges & des plus belles. La place d'armes est assez grande, & elle est située sur le bord de la petite rivière, & non pas au milieu de la ville, comme le sont les places de toutes les villes nouvelles. On entre dans Givet-Notre-Dame par trois différentes portes. Son enceinte consiste en cinq bastions, dont trois sont chargés de cavaliers. Le fossé est petit, mais plein d'eau. Une petite demi-lune couvre une des portes, & au-delà est une grande plaque d'eau. Le canal de la petite rivière a été élargi & revêtu de quais de maçonnerie des deux côtés, en forme de canal artificiel. En certains endroits de ce canal, il se trouve quelques petites isles sur l'une desquelles est un petit château quarré-long , flanqué de quatre tours rondes à l'antique. De l'autre côté est une porte d'eau ou écluse. Dans la campagne sont, sur des hauteurs, plusieurs redoutes, dont les unes sont quarrées & les autres pentagonales, & elles sont distribuées d'espace en espace.

On compte dans Givet-Notre-Dame 245. feux ou environ 1 200. habitants, dont la plûtpart sont marchands de bois, de charbon, de bled , de vin, & dont quelques-uns sont taneurs, & les autres cabaretiers. Ils ont un Curé qui est nommé par les Moines de St. Hubert. Plusieurs villages dépendent de cette paroisse, sçavoir , Her, Fromelenne, Foymont , Rencennes & Charnoy. Les Religieux de St. Hubert y ont une justice foncière & seigneuriale, qui est composée d'un Mayeur, de cinq Echevins & d'un Greffier. Une partie de Givet-Notre-Dame ressortit à cette justice. Mais le Roi, comme Comte d'Agimont, est Seigneur de Charlemont & des deux Givets.

Considéré comme district particulier de l'intendance de Haynault & du gouvernement général militaire de Flandres & de Haynault, le gouvernement de Charlemont est un pays peu fertile en grains, mais fort abondant en bois & en pâturages. Il est traversé par la Meuse, qui y est navigable. On y compte 13. villages ou communautés affouagées, indépendamment de la ville de Charlemont & des deux villes de Givet".

"Nota. L'abbaye de Felixprés n'est qu'à un tiers de lieue E. de Givet-Notre-Dame. Cette abbaye est ordinairement composée de dix-huit Dames & de huit Sœurs converses".

http://archives.cg08.fr/arkotheque/cadastre/fond_visu_img.php?ref_id=1850

DICTIONNAIRE GÉOGRAPHIQUE, HISTORIQUE ET POLITIQUE DES GAULES ET DE LA FRANCE. PAR M. l’ABBÉ EXPILLY, Chanoine-Trésorier en Dignité du Chapitre Royal de Sainte-Marthe de Tarascon , de la Société Royale des Sciences & Belles-Lettres de Nancy etc. tome second. p. 229 230 et 231.Amsterdam, 1764.

 

Précisions historiques complémentaires

apportées par Monsieur Guilhem de Mauraige, ingénieur culturel, chargé du patrimoine  architectural - Conservation départementale du patrimoine et des musées - Conseil Général du Finistère - 29000 QUIMPER

Il existe encore actuellement une table de marbre armoriée, située dans la chapelle Sainte-Anne de l’église Notre-Dame, à Givet, paroisse du Petit-Givet avec le texte suivant :

 « A la mémoire de M. de MAURAIGE, né à Avesnes, écuyer, procureur du roy des eaux et forêts. Quoiqu’étranger dans cette ville il sut y gagner l’estime de ses concitoyens adoptifs, qui le choisirent pour leur maire, et se montra digne de cette confiance jusqu’à son décès, arrivé le 3 décembre 1769. Il fut inhumé au bas du chœur de cette église vers le milieu.Et à celle de Dlle PICQUERI, née à Maubeuge, son épouse adorée, digne de ses regrets et de ceux de ses enfants, inhumée dans le chœur, au bas du sanctuaire à droite. PRIEZ DIEU POUR LEURS AMES »

 Texte reproduit intégralement dans : « Mémoire de la Société Archéologique. TOME V. COMPTE-RENDU des séances de la Société Archéologiques de l’Arrondissement d’Avesnes ». Avesnes. Année 1901. Pages 106-107-108.

 Nota : Mlle PICQUERI était la fille de M. PICQUERI de CUVILLIERS, concessionnaire du moulin à foulons de Bellefontaine, à Saint-Hilaire. Elle avait épousé Florent de Mauraige à Maubeuge.

 Nota : Il s’agit ici de Christophe, François, Joseph, Florent de MAURAIGE (ou de MAURAGE), seigneur de WARLU, messire, écuyer, baptisé à Avesnes le 8 nov 1725, mort à Givet le 03 dec 1769. Avocat au Parlement (reçu le 25 oct 1754), procureur du roi en la maîtrise particulière des Eaux et Forêts de Givet St-Hilaire, Conseiller du roi, maire (1er consul) de Givet, Villiers et Charlemont. Ses parents et grands-parents de Mauraige venaient de la ville d’Avesnes (Lieutenants généraux civils et criminels du baillage royal d’Avesnes, conseillers et procureurs du roi, baillis d’Avesnes, avocats au Parlement).

Ses enfants (écuyers, chevaliers) seront notamment : officiers militaires dans des régiments français (Guerre d’Indépendance des USA), anglais (Antilles), et espagnols (Gardes Wallonnes du Roi d’Espagne), mais aussi officier de justice : Trésorier de France à Lille, puis à Chalons-en-Champagne.

La famille de Mauraige, vieille famille du Hainaut porte : « D’argent à un chevron de sable accompagné de trois roses de gueules tigées et feuillées de sable, posées deux en chef et une en pointe », mais aussi « Echiqueté d’or et de sable » : armes (anciennes et originelles de la famille) visibles sur la plaque de marbre.

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×