Les églises fortifiées de Wallonie

Comme dans de nombreuses régions d'Europe occidentale, beaucoup de villages wallons possèdent des églises fortifiées. Pour comprendre leurs origines et raisons d'être, un peu d'histoire s'impose :

Après la mort de Charlemagne en 814, son empire connaît des guerres civiles meutrières , dévastatrices et des partages (843 - Traité de Verdun qui divise l'Empire en 3 puis 855 - Traité de Prüm qui fractionne l'Empire en 5). Profitant de la faiblesse du pouvoir, les Vikings, à bords de leurs drakkars, sèment la terreur, les Sarrasins écument les côtes méditerranéennes, les Hongrois poussent de hardis raids dévastateurs jusqu'en Bourgogne. La défense s'organise au niveau local.

De riches propriétaires, les « seigneurs » construisent des « châteaux de terre », des buttes de terre surmontées d'une tour de défense en bois, le tout entouré d'une forte palissade et d'un fossé : ce sont les « mottes féodales ». En cas de danger la population s'y réfugie. La petite église jouxtant la tour leur sert d'abri. Il y a un inconvénient : le bois est inflammable.

Extrait de la tapisserie de Bayeux (11e siècle). Les chevaliers de Normandie boutent le feu à la motte de Dinan en Bretagne.
La porte dans la palissade, les fossés, la rampe d'accès, la tour de défense surmontant la motte sont très visibles.

Au 11e siècle, des découvertes techniques (collier d'épaule, charrue...) permettent de quadrupler les rendements agricoles qui engendrent un accroissement de population. Partout ce ne sont que défrichements pendant que le commerce prend son essor entraînant l'éclosion de nos villes. Eglises et monastères se construisent en pierre : c'est la naissance de l'art roman.

Les seigneurs, dès qu'ils le peuvent, remplacent leur tour de bois par une tour de pierre : ce sont les « tours seigneuriales ».

Les églises de bois sont alors reconstruites en pierre en renforçant la défense : les bas côtés des églises demeurent aveugles. L'église de Bonneville, comme Wierde, Florée,...en sont les exemples namurois.

 

 Tour seigneuriale de Wierde (11e siècle) et église (12e siècle) avec cheminée du 16e siècle dans la tour.

 

 

Deux siècles plus tard, la population est à son apogée. Les manières de vivre, l'art de la guerre ont évolué et les seigneurs mettent leur tour au goût du jour en les agrandissant (origines des châteaux et fermes-châteaux). Des tours plus modernes se construisent (voir Crupet et Spontin ). Les seigneurs revendent leur vieille tour aux communautés villageoises qui les entretiennent pour leur protection.
Et cette protection, ils en auront bien besoin ! Les guerres féodales achevées, au 16e siècle ce sont les guerres de religion puis les guerres entre les Habsbourg et les Bourbon. Sous Louis XIV, nos régions servent de champs de bataille à l'Europe et d'aire d'expansion à la France. Les soldats mercenaires de tous les camps pillent... Les fermes se replient sur elles-mêmes en carrés fortifiés. De nouvelles églises fortifiées sont édifiées en Ardennes françaises, dans l'Aisne...


Jacques Callot. Les malheurs de la guerre. 1633. Dévastation d'un village.



Le 18e siècle est celui de la sérénité retrouvée, de la prospérité. Les châteaux et les abbayes se rénovent, s'agrandissent, perdent leur austérité. Dans les fermes, des granges gigantesques, aux toits à « croupettes », témoignent de l'abondance créée par l'abandon de l'assolement et l'arrivée de cultures nouvelles.

Dans les villages, les paysans ne comprennent plus la nécessité de conserver des églises obscures, aux portes étroites qui freinent le passage des processions. Partout des fenêtres sont ouvertes dans les bas-côtés, des portails sont percés dans l'épaisseur des murs des tours.

 La tour féodale de l'église Sainte-Geneviève à Florée (11e siècle)

 

 Mont-Sainte-Marie (Mozet) la tour féodale

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site