SCLAYN - La carrière de Gore

 

La Région Wallonne (Spw) possède la carrière de Gore (nom du lieu-dit) entre le pont de Namêche et Sclayn).
Un chef d’exploitation (David) et 19 ouvriers (mineurs, manutentionnaires et tailleurs de pierre ) et 2 employés y travaillent.
Ouverte au 19° siècle, elle est achetée en 1923 par le Ministère des Travaux Publiques qui la transmet à la région Wallonne.

 

la carrière emploit actuellement 15 ouvriers et 1 administratif.

la production annuel est de 3 000 m³ de pierres calcaire V2b et la production de produit fini est 300 m³. Le reste est converti en moëllons…

Elle est la seule carrière en Belgique à produire encore cette pierre qui a servit pendant les siècles passés à construire les monuments mosans ( des dalles funéraires romaines du 2° siècle faites dans cette pierre ont même été découvertes à la citadelle de Namur). Cette exploitation a donc un intérêt primordial pour la restauration de nos monuments anciens et pour l’aménagement des abords des cours d’eau et des sites publics (bordures, bancs, garde-corps, socles de statues, stèles commémoratives, etc…).

Les calcaires viséens exploités entre Namêche et Andenne servent principalement pour la fabrication de concassés et de chaux mais également pour la confection de moellons bruts ou équarris. Certains bancs donnent une bonne pierre de taille prenant la ciselure ( c’est le cas des pierres de Gore). Ces calcaires sont connus sous le nom de « pierre de Meuse ».

Exploitation

L’extraction.

Tous les 25-30 cm ou plus, il est procédé au forage dans les bancs de pierre jusqu’à une profondeur qui peut atteindre 1,80 m.


Forage des trous qui vont recevoir la poudre noire

Dans les trous creusés, il est versé 50 grs de poudre noire ou plus suivant le travail à effectuer. Par pyrotechnie on fait sauter la charge qui va décoller des blocs de pierre. La dynamite n’est pas employée car sa puissance pulvériserait la pierre ou la fissurerait..


Les mineurs font exploser les charges


Après l'explosion...

Les blocs extraits, qui peuvent peser six à sept tonnes, sont conduit au débitage ; c’est-à-dire à leur sciage accompli par d’énormes scies circulaires dont la plus grande comporte 140 dents diamantées. En fonction de la coupe on peut remarquer la qualité de la pierre donc prévoir son utilisation future. Des morceaux de différentes formes sont re-sciés selon l’utilisation prévue et livrés aux tailleurs de pierre qui vont la façonner manuellement.

 
Le débitage

 
Les dents de la grande scie


La "petite" scie

 

La Taille

Le tailleur reçoit un gabarit de son chef d’exploitation. Il le reproduit sur la pierre à tailler..

 
David  GUILLAUME - Chef d'exploitation


La pierre dessinée d'après le gabarit ...


... Le résultat !

Par « bouchardage », « seplage », « ciselage », « sbatus » (termes techniques) l‘artisan va transformer la pierre en un objet utilitaire comme une borne ( 2-3 jours de travail), des dalles, des bordures ou décoratif comme une volute d’église baroque, une marche d’escalier, une table, un banc…). Le tailleur de pierre est un artisan qui adore son métier et l’accompli avec minutie, intelligence et perfection.

 
Léon et son collègue à la manutention ...

 

 
La scie prépare la borne

 
Le tailleur (Michel) ciselle la borne


Une boucharde de 7cm x 7cm présentée par Stéphane


Les bornes bouchardées et ciselées.

Quand au cours de la taille un défaut apparaît, le tailleur peut le corriger avec une colle amalgamée à de la poudre de pierre ou effectuer une greffe.

Il faut avouer que c’est un travail harassant, qui s’effectue en deux pauses, sous hangar mais à l’air libre ( merci l’hiver, merci la canicule ) avec des pierres lourdes à manipuler et des outils non moins pénibles à manier et parfois créer par l’artisan lui-même suivant ses besoins.


Le braséro qui réchauffe les tailleurs par temps froid


Les produits finis

La plupart des tailleurs viennent d’horizons différents ( soudeur, charpentier…) et ont appris le métier sur le « tas ».

Merci à David, Francis et Michel, Stéphane, Dimitri, Franco, Léon, Achille « dit Mac Gyver » et tous les autres de nous avoir transmis la passion de leur métier.

Journée du patrimoine 11 septembre 2010.

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site

×