WAULSORT

 

 

                                                                                 Waulsort dans son écrin de verdure

A Waulsort, la Meuse change d'avis et reprend son parcours sinueux vers le nord. Elle creuse profondément son lit dans la pierre. Cette zone rocheuse abrite une faune et une flore typique des forêts de ravin. Orpins et saxifrages se plaisent sur les rochers calcaire bien exposés. L'avifaune est également bien représentée : pigeon colombin, épervier d'Europe, rossignol philomèle et le faucon pèlerin nichent régulièrement sur le site. Des rochers bien exposés au soleil attirent de nombreux reptiles : vipère péliade, coronelle lisse et couleuvre à collier.

                                                                                 Château de Waulsort (ancien monastère)

Le village de Waulsort naît près d'un monastère bénédictin fondé au 10e siècle par des moines « Scots ». L'abbaye, « monasterium perigrinorum », associée au prieuré de Hastière, connaît la prospérité comme en témoignent les bâtiments conventuels qui, sécularisés à la révolution française, constituent l'actuel château de Waulsort.

 

 

 

  Château de Waulsort vu de la rive droite

 Le « béryl de Lothaire », intaille sculptée dans du cristal de roche, venant du trésor de Waulsort, est conservée au British Museum. La chapelle romane dédiée à Saint-Michel est un bijou d'art mosan.

 


Eglise St Michel

La forteresse de Château Thierry, au sommet des rochers de la rive droite, est la sentinelle de la vallée. Détruite en 1675 par les troupes de Louis XIV, ses ruines sont propriété de la Région wallonne. Elles sont la curiosité archéologique de la « Réserve naturelle domaniale de Château Thierry ».

 

     ruines de château-Thierry  

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

                                                                                          Gravure de J.B. Gramaye -1608

Selon l'Anversois Gramaye la construction de la forteresse serait dûe à Theodoric, ou Thierry, second Marquis ou Comte de Namur, qui aurait porté en 819, au tournoi de Huy, "un long bouclier de couleur d'or, marqué de deux bandes noires"

  

Gravure de Remacle Leloup (1708-1746) publié dans De Sauméry, "Les  délices du pays de Liège".

 

Dans la seconde moitié du 19e siècle, grâce à la construction de la route et de la ligne de chemin de fer Dinant-Givet, Waulsort devient une attraction touristique de la province. Une station balnéaire et des hôtels de standing attirent les riches vacanciers.

                                         Dessin à la plume. Coll. R. de Gaignière (1642-1715). Gallica.bnf.fr/Bibliotèque nationale deFrance

 Waulsort demeure de nos jours un lieu de villégiature idéal. Deux villages de vacances, des chambres d'hôtes, un port de plaisance accueillent les amoureux du calme, de la nature et des splendeurs mosanes. Les hôtels, réaménagés, offrent de superbes "pied-à-terre".

 

Ex-Grand Hôtel de Waulsort

 
Détail amusant, le passeur d'eau de Waulsort est le dernier en fonction sur la Meuse. C'est un service public, assuré depuis 1871, pour permettre à l'origine aux habitants de Falmignoul (rive droite) de venir prendre le train à Waulsort (rive gauche) ...


De nos jours ce n'est plus qu'un attrait touristique estival fort apprécié.

 

 

 « Le passeur d'eau, les mains aux rames,
A contre flot, depuis longtemps,
Luttait, un roseau vert entre les dents... »

Emile Verhaeren - Le passeur d'eau (1895)

 

 

 

 

 

 

A Waulsort, nous rencontrons un prototype des barrages-écluses de la Meuse pilotés par des automates programmables. Ils permettent de réguler le débit d'eau tout en élevant le niveau de la Meuse de plusieurs mètres.
Le barrage aide également les piétons à franchir le fleuve, en tout temps, d'accéder au port de plaisance et surtout à la superbe réserve domaniale de Château Thierry.

 

 

Les barrages de la Meuse : sans ces ouvrages d'art, le fleuve ne serait pas navigable pour des péniches de fort tonnage . Ils servent à contrôler le débit du fleuve et à lutter contre les crues.

 

Barrage de type "Haute Meuse "(doc. Rég. Wall. voies hydrauliques

                                                                                                 Vue sur le barrage de Waulsort

La Meuse en chômage : tous les trois ans, pendant trois semaines, ( depuis 130 ans) de Waulsort à Namur, les écluses et barrages sont ouverts pour permettre l'entretien des berges et des écluses. Le fleuve est rendu à son cours naturel.

                                                                                      Les basses eaux à Bouvignes (photo P.Vandepapeliere)



                                  Les barrages - écluses et les affluents de la Meuse de Givet à Namur

 

Pour plus de renseignements sur la Meuse Namuroise voir : http://alainpascal.skynetblogs.be/

 

 

  

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site